Oai Star se déplie en 2016

by Gari

Il n’est pas question de dormir!!!
Oai Star annonce son retour sur scène et dans les bacs en 2016.
Gari et DJ Kayalik sont actuellement en studio en compagnie de Dadoo, le « sale gosse », qui intègre le groupe en tant que Mc et co-réalisateur du nouvel album prévu pour l’automne 2016.

Foto by Romane Iskaria

Foto by Romane Iskaria

Un premier titre et une première salve de concerts sont prévus pour le printemps, l’album arrivera à l’automne. Enregistré au studio B112 à Marseille c’est un Oai Star new look qui va vous faire jomper. L’arrivée de Dadoo, armé de son flow chirurgical et de sa présence de dingue permet à Gari de retrouver un alter-égo, un compagnon de joutes, un deuxième avant-centre…

Oai Star s’en retrouve régénéré, la production débridée de Kayalik ( exit le band, le Oai Star se produira en sound-system cet été ), donne la couleur : Objectif Faya !!!

Oai Star en studio

by Gari

Janvier 2014, après 7 concerts de chauffe plutôt encourageants il est temps de rentrer en studio pour enregistrer les nouveaux morceaux. Tout commence par 2 jours de répétitions au Nomad Café, les guitares et la batterie vont être enregistrées en même temps pour capter l’énergie, Buzz, Mo et Max doivent donc jouer les yeux fermés et être très en place, on ne veut pas éditer les prises et tout recaler, cet album sera sauvage.

L’enregistrement durera 5 jours, au studio K à Port de Bouc chez nos amis de Kanja, Dubmood et Simon sont au contrôle, après une journée de réglages les corps instrumentaux seront enregistrés en 2 jours, la tournée de chauffe a payé.

Les overdubs et les voix seront dans la boite en 2 jours, le rockn’roll c’est tout à fond.

Et les chansons alors? Peut-être un peu moins rigolardes que par le passé, ce disque s’adresse autant aux kids plein d’envies qu’aux papets plein de vies, il parle à l’autre, il motive, il s’engatse, il se met le feu, il est vivant.

3 textes ont été écrits avec Tartar(e) parce que c’est naturel, on joue ensemble sur Yes Papa, on s’inspire, c’est parfait, 1 texte avec Serge Scotto parce que ça vient aussi de loin, on se connait depuis des lustres (il chantait dans les Steaks groupe mythique à Marseille avant d’être auteur de polars) et nous n’avions jamais eu l’occasion de croiser le fer, mission accomplie, on en reparlera…

Etape suivante, faire le ménage dans toutes ces pistes et transformer ça en quelque chose d’écoutable, la mission de Dubmood et Simon, nos geeks sont au turbin pendant qu’avec Momo et Buzz on se casse aux bahamas…

Merci au studio K, Pilou, Denis, Jean-Claude, Chourmo Nico, Stef Lopez et à la maire de Port de Bouc car elle est bonne…

Dubmood et Simon au contrôle.

Dubmood et Simon au contrôle.

 

Recording drums and guitars.

Recording drums and guitars.

 

Métronomax.

Métronomax.

 

Je saurais jouer je leur montrerais moi...

Je saurais jouer je leur montrerais moi…

 

Maurizio.

Maurizio.

 

Overdub de cloche...

Overdub de cloche…

 

Micro voix...

Micro voix…

 

Gari Grèu.

Gari Grèu.

 

C'est dans la boite.

C’est dans la boite.

 

Le retour du Oai Star

by Gari

C’est à la fin de l’année 2012 que nous avons décidé, avec Dubmood de composer le futur du Oai Star. Un futur que nous imaginions d’emblée beaucoup plus direct et rockn’roll que sur « Manifesta » notre dernier album paru en 2009.
Pendant plusieurs mois nous allons bosser tous les 2 dans son studio armés d’un micro, d’un moog, d’une guitare, d’une game boy et de tout le savoir-faire de Dubmood.

Dubmood at work.

Dubmood at work.

Une vingtaine de nouveaux morceaux vont naitre. Pour les paroles je collabore avec Tartar(e) sur 3 titres et avec l’auteur de polar Marseillais et ami de longue date, Serge Scotto.
Eté 2013 il faut commencer à penser à la scène et nous ne sommes plus que 2 depuis que Buzz a décidé d’arrêter la musique à la fin de la dernière tournée.
D’abord il faut un batteur, Dubmood pense à Métronomax qui l’accompagne sur son projet solo, on se rencontre, il est jeune, souple, il a les yeux qui brillent, une culture musicale aiguisée. Un essai plus tard l’affaire est entendue, il est l’homme de la situation.

photo

Métronomax in the kitchen.

Nous décidons de revenir sur scène avec 2 guitaristes, comme à l’époque de « Va à Lourdes », les compositions l’exigent et moi j’aime bien ça, faire l’avant-centre avec 2 ailiers, à l’ancienne.
Je propose d’essayer Mo Lo Cicéro qui m’accompagne depuis 2 ans sur la tournée Gari Grèu, Mo c’est un frère, punk dans l’âme, artiste multi-carte, il a la Oai Star attitude déposée par Lux B, c’est le bon choix à coup sur.

MO G

Mo and GG.

Pour le second poste c’est plus compliqué, après avoir essayé 2 guitaristes, on se rend compte avec Dubmood que le profil que l’on recherche va être quasiment impossible à trouver, un mec pro, pas trop branché, efficace, qui adhère au concept etc…
Mais, coup de théâtre, j’apprends que Buzz arrête son nouveau boulot et qu’il veut revenir à ses 1eres amours, ni une ni deux je l’appelle et l’affaire est entendue assez rapidement, Buzz sera le re-nouveau guitariste du Oai Star.
L’équipe est presque au complet, Kwouette notre éclairagiste tatoué repart pour un tour, ne reste plus qu’à trouver un sonorisateur. Après plusieurs essais nous rencontrons Simon, qui a un peu le même profil que Max, nouvelle génération pas blasée, et nous décidons de travailler ensemble en live et en studio ou il va épauler Dubmood pour réaliser le nouvel album.
Voilà on est en Nov, les 2 premiers concerts approchent, après 6 jours de répétitions le répertoire historique et 7 nouveaux morceaux sont au point, le son est fat, le Oai Star est de retour.
Le 16 novembre à Nyons dans une Cigale remplie par 400 furieux la soirée sera… enfumée… L’envie de fumi étant plus forte que les 2 gars de sécu… ça va pour cette fois mais on le répète, les fumis c’est en extérieur (quand il n’y a pas d’arbre au-dessus…).

Apéro parking traditionnel à Nyons.

Apéro parking traditionnel à Nyons.

Malgrè une sono fatiguée on dirait que le Oai Star ne s’est pas arrêté 3 ans, exit les chansons « douces » comme « Chérie » ou « Feignant », le nouveau répertoire est résolument rockn’roll, jouer les nouveaux morceaux sera un bon entrainement en vue de l’enregistrement du nouvel album qui aura lieu en Janvier.

Buzz guit live

Buzz at Nyons.

Gari au Molotov.

Gari au Molotov.

Re-belote le 21 novembre au Molotov qui est l’ancien Balthazar, repris en main par une équipe de jeunes énergiques notre ancienne salle fétiche a pris un coup de peinture salvateur, c’est la 1ere fois que l’on y retourne, la soirée sera bouillante, tout le monde ne pourra pas rentrer, on sera même obligés de stopper une demi-heure pour cause de surchauffe générale (matériel, public), bref un concert mythique comme d’habitude dans ce lieu unique où le Oai Star est né en 2001.

Oai au Molotov...

Oai au Molotov…

Prochaine étape la Nouvelle Calédonie, on n’est pas rendus…

Camarade Lézard dans le Musicodrome

by Gari

http://www.lemusicodrome.com/archives/2013/06/28/27471972.html#comments

Camarade Lézard sur RFI Musique

by Gari

 

Gari Grèu change de tempo

Nouvel album, Camarade Lézard

Sous le maillot du Massilia Sound System ou celui du Oai Star, Gari Grèu s’est forgé une belle réputation de tchatcheur expert en « boulègue ». AvecCamarade Lézard, le MC pose sa voix et signe un album personnel chauffé au soleil de Marseille avec la complicité de Magyd Cherfi (Zebda), du chanteur de Marcel et son Orchestre, Franck Vandecasteele, et de quelques-uns de ses collègues du groupe de troubamuffin phocéen.

Tout comme ses collègues Papet, Tatou ou Dubmood, Gari Grèu avance son solo. Une première pour celui qui il y a une vingtaine a laissé tomber ses études d’architecte pour devenir ailier au sein du Massili Sound System. « Aujourd’hui, si j’ai la chance de faire un métier qui n’est pas un métier, mais qui me fait travailler 12 heures d’affilée, c’est à Jali et Tatou que je le dois. A eux et moi qui ai accepté de prendre ce virage à 90° » analyse-t-il à posteriori.
« Le Massilia, c’est un univers à part. Notre façon de donner vie ici, en Provence, au rub-a-dub jamaïcain nous a cadrés et ouvert à la fois. C’est grâce au rub-a-dub qu’on a pu comprendre la bourrée, c’est ce qui nous rend pas pareil. Il y a une écriture, un ton et des sujets ‘Massilia’, une approche populaire de la musique, d’un folklore qui s’invente jour après jour »
 décortique Gari. « C’est tout cela qui nous a permis de continuer à avancer après le décès de Lux B (en juillet 2008, ndlr). C’est un peu comme Led Zep’ ; ensemble, on n’a plus rien à inventer. D’ailleurs je peux d’ores et déjà t’annoncer que si prochain disque du Massilia il y a, il sera très rub a dub ! » lâche le troubamuffin marseillais qui retrouve encore régulièrement ses amis Tatou et Jali pour d’épiques concerts.
« Avec Oai Star, c’est un autre process. C’est génétiquement plus potache. L’arrivée de Dubmood a donné un sang nouveau. C’est un des musiciens les plus talentueux que je connaisse. Il a tout juste 25 ans. On échange beaucoup. Je sais que Lux serait fan de ce minot et de ses consoles »
 commente celui qui ne s’est jamais remis du décès de son collègue, de son frère de musique six mois avant celui de son père. « Forcément tu es touché, affecté. Forcément, tout ça fait ressurgir des souvenirs et prendre du recul. Avant, par exemple, je n’aurais jamais écrit les Cheminots de Sainte Marthe« . Dans cette chanson, le fiston se souvient des dimanches passés dans tous les stades de la ville, à supporter son père qui taquinait le ballon en vétéran. « Ma passion du ballon part de là » raconte Gari qui avoue dans la foulée et à regret, ne plus pouvoir regarder aujourd’hui un match à la télé : « Le foot de convivialité, comme la musique d’ailleurs entre copains pour le plaisir, ça n’existe malheureusement plus vraiment ! ».

Marseille au centre

« Ces chansons, je les ai composées à la guitare dans ma chambre. Mon fantasme serait de les interpréter ainsi sur scène, mais dès que je sors de ma chambre, j’oublie et heureusement » analyse-t-il un sourire au coin des lèvres. « J’ai pu explorer d’autres espaces, trouver mon équilibre en dehors de tout ce que j’ai déjà pu montrer et sans me travestir pour autant. Car, au final, je cours toujours un peu après la même chanson. ».
Pour lui qui est né il y a une quarantaine d’années, boulevard de Strasbourg entre les quartiers de la Porte d’Aix et de la Belle de Mai, Marseille est encore au centre de son aventure musicale. « C’est moins frontal, mais tout aussi présent. Mon Afrique est rue du Bon Secours. Mon Maghreb, Porte d’Aix. Avant de monter sur scène avec le Massilia, j’écoutais du punk-rock. Tout cela, plus le rub-a-dub jamaïcain et les musiques caribéennes, les joutes occitanes ou le blues nordestin approchés depuis, participent à ce que je suis aujourd’hui : quelqu’un d’artistiquement multiple. » Gari peut ainsi chanter au creux de l’oreille une tendre ritournelle ou comme tout MC qui se respecte, retourner une salle de fond en comble. « J’aime ces deux postures » explique-t-il avant d’ajouter : « Paradoxalement, les projets personnels de chacun ont donné un avenir au Massilia Sound System », un avenir qu’il leur reste juste à composer.

Un homonyme célèbre

Comme son père, il porte le nom de Garibaldi, un nom qu’il partage avec un des pères de la patrie italienne. « Etrangement, je n’ai jamais entendu un mot d’italien à la maison » se souvient-il. « Mes parents qui ne savaient même pas qui était Garibaldi, m’ont fait faire de l’espagnol en deuxième langue. Mon père a passé sa vie la tête dans le guidon. Il faisait parce qu’il fallait faire, jamais pour le plaisir. Il est parti un an après sa retraite rongé par le cancer. C’est en réaction à cette vie que j’ai choisi d’aller vers la passion, à la rencontre de l’autre. Les autres dans Camarade Lézard s’appelle Magyd Cherfi, Franck Vandecasteele (Marcel et son Orchestre), Tatou pour l’écriture, Blu, Kayalik ou Janvié pour les arrangements. Ce sont des personnes dont je me sens très proche. Avec Magyd, mon ainé de 15 ans, on a une vraie relation. J’aime ses textes, ses images. ».

Gari Grèu Camarade Lézard (Le Chant du Monde/Harmonia Mundi) 2012

Par Squaaly