31 Déc2013

Le retour du Oai Star

by Gari

C’est à la fin de l’année 2012 que nous avons décidé, avec Dubmood de composer le futur du Oai Star. Un futur que nous imaginions d’emblée beaucoup plus direct et rockn’roll que sur « Manifesta » notre dernier album paru en 2009.
Pendant plusieurs mois nous allons bosser tous les 2 dans son studio armés d’un micro, d’un moog, d’une guitare, d’une game boy et de tout le savoir-faire de Dubmood.

Dubmood at work.

Dubmood at work.

Une vingtaine de nouveaux morceaux vont naitre. Pour les paroles je collabore avec Tartar(e) sur 3 titres et avec l’auteur de polar Marseillais et ami de longue date, Serge Scotto.
Eté 2013 il faut commencer à penser à la scène et nous ne sommes plus que 2 depuis que Buzz a décidé d’arrêter la musique à la fin de la dernière tournée.
D’abord il faut un batteur, Dubmood pense à Métronomax qui l’accompagne sur son projet solo, on se rencontre, il est jeune, souple, il a les yeux qui brillent, une culture musicale aiguisée. Un essai plus tard l’affaire est entendue, il est l’homme de la situation.

photo

Métronomax in the kitchen.

Nous décidons de revenir sur scène avec 2 guitaristes, comme à l’époque de « Va à Lourdes », les compositions l’exigent et moi j’aime bien ça, faire l’avant-centre avec 2 ailiers, à l’ancienne.
Je propose d’essayer Mo Lo Cicéro qui m’accompagne depuis 2 ans sur la tournée Gari Grèu, Mo c’est un frère, punk dans l’âme, artiste multi-carte, il a la Oai Star attitude déposée par Lux B, c’est le bon choix à coup sur.

MO G

Mo and GG.

Pour le second poste c’est plus compliqué, après avoir essayé 2 guitaristes, on se rend compte avec Dubmood que le profil que l’on recherche va être quasiment impossible à trouver, un mec pro, pas trop branché, efficace, qui adhère au concept etc…
Mais, coup de théâtre, j’apprends que Buzz arrête son nouveau boulot et qu’il veut revenir à ses 1eres amours, ni une ni deux je l’appelle et l’affaire est entendue assez rapidement, Buzz sera le re-nouveau guitariste du Oai Star.
L’équipe est presque au complet, Kwouette notre éclairagiste tatoué repart pour un tour, ne reste plus qu’à trouver un sonorisateur. Après plusieurs essais nous rencontrons Simon, qui a un peu le même profil que Max, nouvelle génération pas blasée, et nous décidons de travailler ensemble en live et en studio ou il va épauler Dubmood pour réaliser le nouvel album.
Voilà on est en Nov, les 2 premiers concerts approchent, après 6 jours de répétitions le répertoire historique et 7 nouveaux morceaux sont au point, le son est fat, le Oai Star est de retour.
Le 16 novembre à Nyons dans une Cigale remplie par 400 furieux la soirée sera… enfumée… L’envie de fumi étant plus forte que les 2 gars de sécu… ça va pour cette fois mais on le répète, les fumis c’est en extérieur (quand il n’y a pas d’arbre au-dessus…).

Apéro parking traditionnel à Nyons.

Apéro parking traditionnel à Nyons.

Malgrè une sono fatiguée on dirait que le Oai Star ne s’est pas arrêté 3 ans, exit les chansons « douces » comme « Chérie » ou « Feignant », le nouveau répertoire est résolument rockn’roll, jouer les nouveaux morceaux sera un bon entrainement en vue de l’enregistrement du nouvel album qui aura lieu en Janvier.

Buzz guit live

Buzz at Nyons.

Gari au Molotov.

Gari au Molotov.

Re-belote le 21 novembre au Molotov qui est l’ancien Balthazar, repris en main par une équipe de jeunes énergiques notre ancienne salle fétiche a pris un coup de peinture salvateur, c’est la 1ere fois que l’on y retourne, la soirée sera bouillante, tout le monde ne pourra pas rentrer, on sera même obligés de stopper une demi-heure pour cause de surchauffe générale (matériel, public), bref un concert mythique comme d’habitude dans ce lieu unique où le Oai Star est né en 2001.

Oai au Molotov...

Oai au Molotov…

Prochaine étape la Nouvelle Calédonie, on n’est pas rendus…

3 commentaires à “Le retour du Oai Star”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *